inscription

Recevoir les offres commerciales par email
des partenaires du site Beachbrother.

s'inscrire

annuler

David Poisson est décédé

Par Alexandre Domingues - mardi 14 novembre 2017 à 14h04

Un grand champion du monde de l'alpinisme vient de s'éteindre. David Poisson est mort hier à l'âge de 35 ans. Le skieur se trouvait avec l'équipe de France au Canada, dans la province de l'Alberta pour préparer la première étape de vitesse de la Coupe du monde. Alors qu'il s'entraînait, David Poisson a fait une lourde chute avant de traverser les filets de sécurité et d'heurter un arbre de plein fouet à Nakiska, sur la même piste où Franck Piccard avait décroché l'or olympique aux Jeux de Calgary en 1988. Malgré l'arrivée immédiate de ses coéquipiers de sélection auprès de lui, David Poisson est décédé peu de temps après sa chute, avant l'arrivée des secours. 

À 35 ans, il était le papa d'un petit Léo depuis mars 2016. Il laisse derrière lui son fils, sa compagne, ses proches et toute la famille du sport français. Médaillé de bronze aux Mondiaux 2013, il avait hésité à repartir pour une nouvelle saison. Son ancien coach de vitesse, Patrick Morisod, est dévasté : "C'est un choc pour tout le ski. Se tuer en pratiquant sa passion, c'est injuste. David était un des cadres de l'équipe de France, un battant. C'était une tellement belle famille. Il venait d'être papa d'un petit garçon et de se marier. Il y a des choses dans la vie qui ne sont pas justes. Pour tout l'équipe, c'est juste terrible.

David Poisson était devenu en 2013 le premier médaillé français sur l'épreuve reine des Championnats du monde de ski alpin depuis Luc Alphand. Le champion du monde français se souvient d'un homme à la fois solide et sensible : " On est tous sous le choc. Les descendeurs, c'est une grande famille intergénérationnelle.  J'ai aussi une pensée pour la maman de David puisque son père est décédé il y a peu d'un cancer, sa femme, les enfants. Quand tu es skieur, tu es dans ton truc, ce mot, la mort, tu ne veux pas en parler. Ce risque tu l'oublies, enfin tu essaies. Chaque fois que tu es au départ d'une descente tu essaies de l'oublier sinon ce n'est pas la peine d'y aller. C'est l'horreur, il n'y a pas de mots. "

Articles relatifs
Miscellaneous - 2017-11-18 11:05:00
Miscellaneous - 2017-11-18 07:05:00